Groupe de personnes heureux sur la plage

Ne sommes-nous pas faits pour être heureux ?

Avouez que, comme tout le monde, vous recherchez le bonheur. Certains confondent le bonheur avec les plaisirs éphémères ce qui fait qu’ils courent encore et toujours derrière leur bonheur. D’autres lisent des tonnes de bouquins de développement personnel sans vraiment passer à l’action car le changement demande de l’entrainement. Et puis, il y a ceux qui décident de changer leur état d’esprit et ils font bien car le bonheur s’appuie sur notre façon de voir les choses.

Dans mon atelier gratuit du mois de juillet, j’ai voulu partager avec mes clients le point de vue de Mo Gawdat, auteur du livre « La formule du bonheur ». Vus leurs retours, j’ai voulu que chacun d’entre vous puisse trouver sa propre formule pour plus de bonheur dans sa vie !

L ’équation du bonheur

Femme qui écrit assise dans l'herbe

Avant de vous parler de l’équation du bonheur, quelques mots pour vous présenter l’auteur. Son histoire m’a beaucoup touchée et je pense que vous n’y resterez pas insensible vous non plus.

A la base, c’est un ingénieur dans l’informatique. Il a travaillé de nombreuses années en tant que directeur commercial chez Google [X], une entreprise semi-secrète spécialisée dans les innovations (robotique, intelligence artificielle). En 2014, la vie décide de lui enlever son fils. En effet, ce dernier meurt à 21 ans d’une erreur médicale. Il commence alors à écrire. En 2018, il quitte Google et lance le projet #onebillionhappy. L’objectif est de rendre heureuses un milliard de personnes 🥰​

Evidemment, je vous invite à lire son livre car, en plus de vous donner des outils vous amenant à vivre une vie beaucoup plus sympa, c’est un magnifique exemple de résilience. Vous pourrez voir qu’il met tout en œuvre pour rendre hommage à son fils, pour qu’il ne soit pas parti pour rien.

 

Comme je le disais en intro, 100% des personnes veulent être heureuse. Avouez que notre vie se résume à des tentatives pour atteindre ce fameux bonheur (le saint graal !).

Je vous invite, pour commencer, à faire une pause dans la lecture de cet article et à établir la liste de ce qui vous rend heureux… A tout de suite…

Avant de vous parler de l’équation du bonheur, quelques mots pour vous présenter l’auteur. Son histoire m’a beaucoup touchée et je pense que vous n’y resterez pas insensible vous non plus.

A la base, c’est un ingénieur dans l’informatique. Il a travaillé de nombreuses années en tant que directeur commercial chez Google [X], une entreprise semi-secrète spécialisée dans les innovations (robotique, intelligence artificielle). En 2014, la vie décide de lui enlever son fils. En effet, ce dernier meurt à 21 ans d’une erreur médicale. Il commence alors à écrire. En 2018, il quitte Google et lance le projet #onebillionhappy. L’objectif est de rendre heureuses un milliard de personnes 🥰​

Evidemment, je vous invite à lire son livre car, en plus de vous donner des outils vous amenant à vivre une vie beaucoup plus sympa, c’est un magnifique exemple de résilience. Vous pourrez voir qu’il met tout en œuvre pour rendre hommage à son fils, pour qu’il ne soit pas parti pour rien.

 

Comme je le disais en intro, 100% des personnes veulent être heureuse. Avouez que notre vie se résume à des tentatives pour atteindre ce fameux bonheur (le saint graal !).

Je vous invite, pour commencer, à faire une pause dans la lecture de cet article et à établir la liste de ce qui vous rend heureux… A tout de suite…

Femme qui écrit assise dans l'herbe

… Alors, ça donne quoi ?

Je suis persuadée que cette liste est majoritairement composée de petites choses de la vie. Seulement, le marketing de cette société de consommation nous donne la sensation que l’on n’a toujours pas ce que l’on veut. Encore et encore, elle nous pousse à consommer et crée de la frustration en nous. Qui dit frustration dit malheur car c’est un sentiment juste insupportable pour l’être humain. Ils sont forts ces mecs de la pub ! (Et pas qu’eux 😉​) Car du coup, pour s’éloigner de ce malheur qui nous gagne, on achète ! Pourtant, si on est honnête, cette illusion de bien-être est très courte. Et on achète rapidement autre chose !

C’est ce process qui fait que nous sommes malheureux quand la vie ne nous donne pas EXACTEMENT ce que l’on veut. Avouez que vous pouvez passer une top journée mais que le soir en vous endormant ou autour d’un apéro entre amis, vous allez vous plaindre parce qu’il a plu, ou qu’Il n’a pas répondu à votre sms, ou que le chien du voisin a aboyé toute la journée (en vrai, 15 min seulement !​), ou que votre mère est arrivée en retard (Voilà maman, tu voulais que je parle de toi ​😂​) La vie est vraiment trop injuste. Et vous êtes malheureux !

 

Alors voilà l’équation du bonheur :

BONHEUR  =  EVENEMENTS  –  ATTENTES

Evénements : La perception que nous avons des événements.

Attentes : Les attentes que nous avons quant au déroulement de ces événements.

 

Tout le bouquin de Mo Gawdat permet de prendre conscience que nous n’avons jamais tous les éléments nécessaires pour analyser les situations et que nous nous fabriquons des films incroyables pour combler ce manque d’informations ! Et je ne sais pas si vous l’avez remarqué mais nous sommes de merveilleux scénaristes de films « catastrophe » donc le pessimisme est souvent au rendez-vous. La perception que nous avons des événements que nous vivons sont très loin de la réalité. Les histoires que nous nous racontons sont fausses. Et vu que nos attentes sont proches de la perfection, comment pouvons-nous être heureux ?

Le but est donc de nous rapprocher un max de la vérité en ce qui concerne les histoires que nous nous racontons et, bien évidemment, de diminuer les attentes que nous avons en ce qui concerne les événements à venir.

Les taches aveugles ou angles morts

Commençons par voir ce qui nous empêche de voir ce qui est vraiment. Mo Gawdat les appelle « taches aveugles ». Il s’agit de tout ce qui affecte la façon dont le cerveau traite les informations et brouille notre perception de la réalité. Il en présente 7 :

Les filtres

Notre personnalité repose sur 3 catégories : neurologique, culturelle et personnelle. Chaque catégorie agit comme un filtre qui déforme les situations que nous vivons pour nous en donner une représentation.

 

  • Neurologique. Il s’agit de nos 5 sens (l’ouïe, la vue, l’odorat, le goût, le toucher). Nous n’en avons pas conscience car nous sommes habitués à analyser le monde avec eux mais ils filtrent sacrément les informations. Pour bien comprendre, prenez l’exemple du chien qui entend des sons qu’on n’entend pas. Ou bien les chats qui voient très bien la nuit, pas nous… Et puis, à quel point êtes-vous sensible à ce qui vous entoure ? Prenez-vous le temps de regarder, d’écouter, de toucher… vraiment ?
Personnes qui s'entraident
Personnes qui s'entraident

Les filtres

Notre personnalité repose sur 3 catégories : neurologique, culturelle et personnelle. Chaque catégorie agit comme un filtre qui déforme les situations que nous vivons pour nous en donner une représentation.

 

  • Neurologique. Il s’agit de nos 5 sens (l’ouïe, la vue, l’odorat, le goût, le toucher). Nous n’en avons pas conscience car nous sommes habitués à analyser le monde avec eux mais ils filtrent sacrément les informations. Pour bien comprendre, prenez l’exemple du chien qui entend des sons qu’on n’entend pas. Ou bien les chats qui voient très bien la nuit, pas nous… Et puis, à quel point êtes-vous sensible à ce qui vous entoure ? Prenez-vous le temps de regarder, d’écouter, de toucher… vraiment ?
  • Culturel. Nous parlons ici de nos racines, notre société, notre religion. Ce sont ces croyances collectives (ou codes sociaux), ces modes de fonctionnement qui font qu’on est acceptés dans notre communauté…

 

  • Personnel. Il s’agit ici de notre milieu social, notre éducation, nos expériences et toutes les croyances devenues certitudes avec le temps !

Les hypothèses (ou suppositions)

Là, je pense tout de suite à l’accord toltèque « Ne fais pas de suppositions » 😁​ Je vous conseille d’ailleurs vivement la lecture des 4 accords toltèques !

Pour prendre des décisions, le cerveau a besoin d’un certain nombre d’infos. Comme nous venons de le voir, nous filtrons la majorité de la vérité. Du coup, le cerveau invente des trucs pour combler ce qui semble lui manquer. Par exemple, mon homme est en retard sur l’heure qu’il m’a donné, j’imagine tout de suite un accident de voiture. Evidemment pas qu’il est en train de me préparer une surprise pour mon anniversaire. Non non, un truc bien pourri qui peut me gâcher ma vie entière !

Une hypothèse est simplement une histoire créée par le cerveau. En aucun cas, ce n’est la vérité !

Personnes qui s'entraident

Les prédictions

Avouez qu’on est super forts pour prédire l’avenir. « Je sens que ça ne va pas bien se passer », « Je ne serais jamais prise pour ce boulot », « Il ne va jamais vouloir sortir avec moi », « Ça ne marchera jamais » … Je suis sûre que vous avez plein d’exemples vous aussi 😁​ Bien sûr, toujours et encore du négatif ! Comment ça se fait ? Vous ne méritez pas que ça se passe bien ou quoi ?

Le cerveau émet des hypothèses pour remplir les vides. Et quel est le plus grand vide ? L’avenir. Alors, nous élaborons des scénarios. Mais ces scénarios sont basés sur des extrapolations.

Quand on prédit qu’une chose va se produire, on ouvre la voie pour qu’elle se produise !

Ce qui confirme que nous avions vu juste ! C’est pas comme ça qu’on va aller mieux 😂​

Les souvenirs

Ce sont nos archives des événements passés. Mais attention ! Les archives de nos histoires donc de ce que notre cerveau a créé. Imaginez un endroit paradisiaque visité avec votre compagnon où vous vous êtes disputés. En y retournant quelques années plus tard, votre perception sera polluée par ce souvenir et l’analyse de la situation présente sera biaisée par la tristesse.

Faites un reset pour ne pas contaminer votre présent

Les étiquettes

Comme vous l’avez peut-être déjà compris, le cerveau aime les raccourcis. Pour cela, il juge rapidement et colle des étiquettes. En plus, il faut savoir que, bien souvent, il n’y a pas vraiment de contexte.

Je vous donne l’exemple de ma rencontre avec la secrétaire chez mon véto. Déjà, première étiquette, ce n’est pas une secrétaire mais une assistante véto. Mais pour moi, une femme derrière un comptoir qui m’encaisse, c’est une secrétaire ! Je ne la trouve pas sympa du tout. J’achète le produit qu’il me faut pour ma minette et basta. La fois d’après, j’espère tomber sur l’autre qui est plus sympa. Car celle-ci, je lui ai collé l’étiquette « fais la tronche ».

Personnes qui s'entraident
Personnes qui s'entraident

Les étiquettes

Comme vous l’avez peut-être déjà compris, le cerveau aime les raccourcis. Pour cela, il juge rapidement et colle des étiquettes. En plus, il faut savoir que, bien souvent, il n’y a pas vraiment de contexte.

Je vous donne l’exemple de ma rencontre avec la secrétaire chez mon véto. Déjà, première étiquette, ce n’est pas une secrétaire mais une assistante véto. Mais pour moi, une femme derrière un comptoir qui m’encaisse, c’est une secrétaire ! Je ne la trouve pas sympa du tout. J’achète le produit qu’il me faut pour ma minette et basta. La fois d’après, j’espère tomber sur l’autre qui est plus sympa. Car celle-ci, je lui ai collé l’étiquette « fais la tronche ».

Evidemment, c’est elle ! Et évidemment, elle fait la tronche ! Mais est-ce qu’elle fait la tronche naturellement ou à cause du fait que j’étais sûre qu’elle ferait la tronche ? Du coup, je l’ai abordée en faisant la tronche moi aussi. Je décide, comme pour les souvenirs, de faire un reset et de lui enlever son étiquette la prochaine fois. Je rentre en souriant avec un grand bonjour comme si je ne l’avais jamais vue. En fait, elle est vachement sympa ! Nouvelle étiquette mais celle-ci va me permettre d’être heureuse d’aller chercher le médoc de ma titoune.

En l’absence de contexte, les étiquettes cachent souvent la vérité.

Les émotions

Bien sûr que les émotions servent à l’écriture de nos histoires, de nos perceptions. Et comme vous le savez, elles sont omniprésentes car elles représentent un élément essentiel de notre survie.

Prenons l’exemple de la peur. Il est évident que, quand le tigre effrayait l’homme des cavernes, la peur prenait le dessus sur la logique et la réflexion et lui permettait de sauver sa peau. Avant, nos émotions étaient plus en harmonie avec celle du règne animal.

Aujourd’hui, nous avons peur de menaces imaginaires. Encore mieux, nous sommes souvent aux prises avec plusieurs émotions à la fois, parfois contradictoires. Et nous les entretenons.

Nous ne sommes pas aussi rationnels que nous le pensons. Notre perception de la vérité est souvent distraite par nos émotions irrationnelles.

 

L’exagération

« On n’est jamais trop prudent ! » Quel bel exemple d’exagération. Mais de quoi avez-vous peur ? Je ne comprends pas cette croyance qui, de plus, empêche d’avancer car le moindre pas devient un danger. Quel dommage !

Prenez des exemples comme le terrorisme, les attaques de requin, le covid, les accidents d’avion… tous ceux branchés sur BFM s’inquiètent, regardent encore plus les infos. Ça occupe leurs esprit la plupart du temps même si, statistiquement, il y a peu de chances que ça leur nuise.

L’exagération sous toutes ses formes augmente nos attentes et anéantit notre joie de vivre.

La solution

Apprendre à votre cerveau à dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité.

 

Si on reprend l’équation du bonheur, pour se rapprocher d’un bonheur durable, nous avons besoin d’augmenter la qualité des perceptions que nous avons de notre vie et de diminuer nos attentes. Pour cela, nous devons nous rapprocher de la vérité.

Eliminons un max les histoires qu’on se raconte et remplaçons-les par la vérité (les faits, ce qui est vraiment).

Maintenant que vous avez connaissance de ce qui vous éloigne des vrais faits, vous pouvez réussir à y voir plus clair dans une situation, à l’analyser d’une manière objective.

Pour vous aider, l’auteur vous invite à vous poser une seule et même question :

 

« C’EST VRAI ? »

 

Continuez à vous poser cette question autant de fois qu’il est nécessaire jusqu’à ce que vous compreniez à quel point ces affirmations de votre cerveau sont ridicules car…

… La seul chose qui ne va pas dans votre vie est la façon dont vous pensez à votre existence.

 

Quand vous verrez le monde tel qu’il est vraiment, quand vos attentes seront définies de façon réaliste…

… Votre formule du bonheur sera équilibrée et la vie correspondra à vos attentes 🥰​

Et vous, qu’utilisez-vous pour vous aider à vous rapprocher de la réalité ?

Contactez-moi si un frein plus puissant vous empêche d’avoir une vie pleine de sens 😉​